13.2.06

Room service 2016

...Error....IP Resec control failed... Error... IP Resec control failed... Error... IP Resec control failed... le message synthétique passait et repassait en boucle dans l'oreillette de mon set top box. Sur ma gauche, jailli de l’horizon, le soleil rouge entamait sa course. Le ciel livide virait du gris au bleu sale. La nuit avait été chaude. La journée s’annonçait caniculaire. D’après la météo, aucun espoir de rafraîchissement dans les jours à venir. Ça durait comme ça, à plus de 35°, depuis le début du mois de janvier. Pétrole à 150 dollars le baril, réchauffement climatique, alerte au terrorisme nucléaire, pollution des villes : tous les clignotants énergétiques étaient au rouge depuis déjà quelques années. Dans cette région non loin de Shanghai, la plupart des villes avaient grandi trop vite, sales et encombrées des quartiers entiers étaient dévorés par des usines sous hautes protection. Je ne sais pas ce qui merdait ce matin là ... même sur mon terminal-jacket impossible d'établir la moindre connexion avec le matriciel de la boîte, encore ce maudit sniffeur de ligne qui faisait du zèle ... et aucune station de Remote Viewing ne semblaient en état de fonctionner dans cette rame aérienne qui m'emportait chaque matin au cœur de cet immense Hi-Tech Park du New-Sichuan ... Depuis que la croissance venait à s'essouffler, les membres de la classe moyenne avaient rejoint dans la rue l'armée croissante des chômeurs et certains quartiers avaient même sombré dans le chaos chronique ...Voilà pourquoi, sans doute, les autorités locales avaient cessé d'entretenir installations publiques de communication et mobilier urbain . Seules les " boites vocales" officielles qui hurlaient habituellement décrets et "directives urgentes" du parti fonctionnaient encore rappelant à qui voulait l'entendre que ce 27 janvier on fêtait le deux cent soixantième anniversaire de la naissance de Mozart ! En ce début de journée, je me sentais bien seul en attendant le départ de l'élévateur Nord qui m'emporterait au 187 ème étage de la Leshan Paradise Tower. Je me trouvais coincé entre un cavalier faux bronze façon Guerriers Tang et cette créature blonde platine qui affichait ostensiblement son Pass "Lexus" signe d'appartenance à l'executive-floor, au dessus d'un trench-coat bon marché en toile composite malmenée par un insolent 95 D. Le plus grand Bouddha du monde avait donné son nom à la plus grande aberration architecturale, une tour de 230 étages siège de la Chengdu Air Pama Corp qui culminait avec arrogance à 790 mètres d'altitude. J'entamais enfin l'ascension à très grande vitesse, perdu dans cette perplexité toute ...siliconnée. Derrière moi le grand hall aseptisé disparaissait abandonnant à ce niveau son pot-pourri de musique folklorique traditionnelle entre coupé de spots publicitaire pour un vinaigre de riz, un tour opérateur spécialiste du voyage aphrodisiaque low-cost en Mandchourie. Dans le Nord-Est depuis la fermeture de nombreuses usines d'Etat la région s'était rabattue sur l'industrie du sexe discount. Je n'arrivai toujours pas à compenser correctement lors de ces déplacements aérien à trés grande vitesse. Ce nouveau type d'ascenseur, utilisant la technologie dite maglev (magnetic levitation) ne me valait décidément rien. Une fois de plus je me retrouvais devant la porte de mon Jia-Room tout chiffonné de l'intérieur, à me battre avec mon estomac pour ne pas "lâcher" le pudding vapeur aux crevettes sur le bio-lecteur de l'entrée. Room service.... J'appelais à la rescousse Cervantès (père de tous les geeks incapables de s’arracher à leur univers virtuel) .... Le projecteur 3D-Dream directement branché sur mon néo-cortex me restitua sans filtre les souvenirs en trois dimensions de ce dernier Noël en famille dans le Vermont ...en 2005 !

Links to this post:

Créer un lien

<< Home